Contact us 24/7 in all confidentiality at +41 58 360 5501

Troubles sous-jacents et coexistants

Presque inévitablement, les personnes souffrant de dépendance présentent d’autres troubles qui peuvent être antérieurs à la dépendance ou en résulter.

Il peut s’agir d’un certain nombre de problèmes de santé mentale et physique comme la dépression, l’anxiété ou des tensions et douleurs somatiques.

Dans de nombreux cas, des expériences douloureuses survenues dans la plus tendre enfance, un traumatisme par exemple, jouent un rôle dans la création de conditions propices à la dépendance et peuvent constituer des obstacles inconscients à la guérison si elles ne sont pas reconnues et traitées convient d’évaluer attentivement le cas de chaque patient pour déterminer si la prise en charge de ces problèmes sous-jacents à ce stade est indiquée et favorisera la guérison ou augmentera la vulnérabilité aux rechutes.

À Clinic Les Alpes, nous aidons nos patients à identifier ces problèmes, à élaborer des stratégies destinées à réduire leur impact et à constituer leur « capital de récupération », c’est-à-dire leurs ressources sociales et personnelles qui contribueront à favoriser leur rétablissement.

En savoir plus

Capital de récupération

Autrefois, le traitement des addictions avait tendance à aborder les patients de manière presque exclusivement pathologique ; c’est-à-dire des symptômes indiquant une condition pouvant être diagnostiquée ou, plus grossièrement, identifier ce qui « ne jouait pas ».

Les chercheurs sur le rétablissement, principalement au Royaume-Uni et aux États-Unis, sont parvenus à la conclusion que le rétablissement à long terme pouvait être plus précis si l’accent était mis sur les forces et les ressources personnelles du patient plutôt que sur la simple réduction des symptômes.

Le terme « capital de récupération » a été inventé pour faire référence à toutes les ressources dont dispose une personne pour l’aider dans sa quête de récupération.

Ce terme inclurait une variété de ressources, placées (Best & Laudet, 2010) en trois catégories :

  • Le capital de récupération personnel couvre les compétences, les capacités et les ressources dont une personne dispose, y compris des éléments tels que l’estime de soi, une activité significative, la résilience, les compétences de communication, une expérience de récupération antérieure.
  • Le capital de rétablissement social comprend le niveau de soutien social dont dispose la personne ; un réseau de soutien pour son rétablissement et son engagement envers le réseau de soutien. Ce capital a un rôle pivot.
  • Le capital de rétablissement communautaire englobe les ressources disponibles dans la communauté habitée par la personne et consiste en la qualité des services de traitement. Plus important encore, cela inclut la disponibilité et l’attractivité de ces communautés ainsi que des membres de soutien de celles-ci.

Ces trois domaines fonctionnent en interaction, de sorte que les améliorations dans un domaine ont tendance à avoir des effets positifs dans les deux autres.

À Clinic Les Alpes, nous travaillons conjointement avec le patient pour évaluer le montant et la forme du capital de récupération sur lequel la personne peut se baser. Cela sera particulièrement important lors de la conception d’un programme de suivi approprié.